Revue de presse

AccueilRevue de presseÉconomieFaut-il instaurer la gratuité des transports en commun ?

Faut-il instaurer la gratuité des transports en commun ?

Paru le 30 octobre 2018 | dans Économie
Rédigé par Franck Gintrand

Le débat : Faut-il instaurer la gratuité des transports publics au nom de l’écologie ou s’abstenir de le faire au nom d’un réalisme financier ?

Origine du débat : Le 1er septembre, le bus devient totalement gratuit dans l’agglomération de Dunkerque. L’expérience, déjà tentée ailleurs, a ses défenseurs et ses détracteurs.

Les arguments :  La gratuité du métro, voire l’idée qu’on puisse envisager la rémunération de ses utilisateurs, n’est pas une idée folle. C’est la logique qui préside au fondement du service public, le générateur par excellence d’externalités positives. Albert Jacquard, généticien, biologiste et philosophe, disait ceci en 1993, sur France Culture : « Le métro rend service aux gens qu’il transporte mais il rend encore plus service aux gens qu’il ne transporte pas. Par conséquent, ce service, il faudrait le payer. C’est parce que je ne prends pas le métro, mais ma voiture, que je dois payer le métro. Et à la limite on peut dire que le prix du billet de métro devrait être négatif… »

Les contre-arguments : La question de l’accès des personnes modestes aux transports collectifs est déjà traitée dans de nombreuses villes par des tarifs réduits, voire la gratuité pour les chômeurs ou les personnes âgées aux faibles ressources. Etendre la gratuité à tous est-il équitable ? Et si oui, pourquoi ne pas le faire pour l’eau potable, le ramassage des ordures ménagères ou l’électricité ? Par ailleurs, dans les villes petites et moyennes, la mobilité automobile reste largement dominante. Si on veut réduire la place de la voiture, c’est elle qu’il faut cibler. Le cas de l’Allemagne est ici emblématique. La gratuité est un leurre, une façon de ne pas parler des choses qui fâchent comme le péage urbain ou une réglementation plus sévère. Enfin dans les grandes aires urbaines, se priver de recettes reviendrait à remettre en cause une grande partie des investissements nécessaires à l’amélioration indispensable du service. Sauf à accroître les impôts.

Source : Faut-il rendre les transports en commun gratuits à Paris ?, ledrenche.fr

 

 

Analyses

L'opinion dans tous ses états