Revue de presse

AccueilRevue de presseÉconomieLibéralisation et concurrence déloyale

Libéralisation et concurrence déloyale

Paru le 11 mars 2014 | dans Économie
Rédigé par Franck Gintrand

Le débat : VTC = concurrence déloyale ?

Mise en cause : Les voitures avec chauffeur (VTC), qui sont de plus en plus nombreuses en Ile-de-France depuis l’assouplissement de la législation les concernant.

Les porte-étendards de la critique : les chauffeurs de taxis et leurs syndicats.

La critique : Une distorsion de concurrence apparaît entre deux acteurs économiques situés sur le même marché – par exemple le transport de voyageurs à la demande – et lorsque ces derniers ne sont pas soumis aux mêmes contraintes, qu’elles soient règlementaires ou fiscales. Une telle situation, si elle était avérée, fausse la libre concurrence, nuit à l’activité économique et peut mettre en difficulté certains acteurs économiques, ici les taxis. Elle peut donc être sanctionnée.

Les contre-arguments : Dès lors qu’un secteur, autrefois en situation de monopole, a été ouvert à la concurrence par un texte législatif, il n’y a plus de barrière à l’entrée. D’autres acteurs sont en droit de proposer des services similaires, sans qu’il n’y ait de distorsion de concurrence. Au contraire, l’arrivée de nouvelles offres sur un marché garantit aux consommateurs les meilleurs services aux meilleurs coûts. L’Autorité de la concurrence a rendu un avis qui estime que les VTC ont leur place sur ce marché, dans le respect des règles de concurrence en vigueur.

Pour se faire sa propre opinion : Taxis contre VTC : le bras de fer – Les Echos

Analyses

L'opinion dans tous ses états