AccueilNon classéDifférentialisme et universalisme

Différentialisme et universalisme

Paru le 11 mars 2014 | dans Non classé
Rédigé par Franck Gintrand

Le débat : Différences homme-femme = par nature ou par culture ?

Mise en cause : le féminisme universaliste, issu de la pensée de Simone de Beauvoir et des grands courants des années 1970, est évoqué dans les médias à l’occasion de la journée de la femme, le 8 mars 2014.

Les porte-étendards de la critique : le féminisme différentialiste, ravivé par les débats récents sur le mariage pour tous et les études liées au genre.

La critique : Pour le féminisme différentialiste, les sexes sont par nature dissemblables et il existe une complémentarité entre les femmes et les hommes qui peut justifier des traitements différents. Ce courant, désormais minoritaire, est repris aujourd’hui par les personnalités intellectuelles et politiques qui se retrouvent au sein de la mouvance néo-conservatrice de la « Manif pour Tous » et prônent une vision traditionnelle de la famille et de la répartition des rôles entre les hommes et les femmes.

Les contre-arguments : pour les féministes universalistes, dont Elisabeth Badinter, les femmes sont les égales des hommes et la féminité est essentiellement façonnée par la culture. Les différences biologiques sont une réalité mais elles n’expliquent pas les différences de comportement et la domination. Toutes les différences sont expliquées culturellement. L’enseignement de l’ABCD de l’égalité à l’école souhaité par le Ministre de l’Education nationale, afin de sensibiliser les enfants à l’égalité entre filles et garçons, s’inscrit dans cette tradition.

Pour se faire sa propre opinion : Le féminisme en rangs dispersés – Libération