Analyses

AccueilAnalysesFabrique de l'opinionCorporatePolitique interne de l'entrepriseLes relations entre Hommes et Femmes dans le travail – Interview pour 20minutes

Les relations entre Hommes et Femmes dans le travail – Interview pour 20minutes

Paru le 9 mars 2014 | dans Politique interne de l'entreprise
Rédigé par Franck Gintrand

1- Comment mesurer la discrimination dont sont victimes les femmes dans le travail ?

Aujourd’hui, le salaire des hommes est en moyenne supérieur de 25 % à celui des femmes. Cette différence s’explique avant tout par le fait que les femmes recourent beaucoup plus que les hommes au temps partiel et qu’elles n’exercent ni tout à fait les mêmes métiers, ni encore les mêmes niveaux de responsabilités. Si on compare les salaires à situation égale, cette différence de salaires entre hommes et femmes tombe entre 9 et 6%. Ce « delta » constitue le socle dur de la discrimination. Pour que les choses changent dans une entreprise, il suffit qu’une femme accède à un haut niveau de responsabilité puis qu’elle s’attache à favoriser à son tour une promotion des femmes et une politique salariale plus égalitaire. Toutes les entreprises qui s’engagent dans cette voie ne le font pas nécessairement de façon délibérée et consciente. Mais celles qui le font ont le sentiment d’essayer quelque chose de novateur, d’un peu « osé » et de « tendance ». C’est finalement le même réflexe qui préside aujourd’hui au recrutement de cadres dirigeants issus de l’immigration.

2- Les hommes et les femmes ont-il un rapport différent au travail ?

Evoquer des qualités qui seraient propres aux femmes c’est toujours prendre le risque de conforter les clichés et les a priori. Cela étant dit, les femmes se caractérisent par une moindre confiance en elle. Elles sont moins exigeantes en terme de salaire au moment de leur recrutement et moins exigeantes lorsqu’il s’agit de demander une augmentation. Elles ont tendance à penser – ce qui est évidemment faux – que leur travail parle de lui-même. Elles entendent privilégier le travail concret sur ce qu’elles considèrent comme  des « effets de manche » et des « discussions qui ne mènent pas à grand chose ». Aujourd’hui, elles révolutionnent progressivement la vie de l’entreprise en accordant une plus grande importance à l’optimisation du temps. Ce sont elles qui se battent contre la réunionite. Elles qui font avancer l’idée que le fait de terminer tard n’est pas un signe de productivité mais de manque d’organisation. Progressivement les femmes imposent l’idée qu’il faut faire une différence entre le temps de travail et le travail effectif.

3- Hommes et femmes sont-ils complémentaires dans le travail ?

La complémentarité se conçoit logiquement dans le couple où domine la question du partage des tâches. Dans l’entreprise la complémentarité ne se raisonne pas entre les sexes mais entre des caractères individuels, des compétences et des fonctions. Reste que pendant longtemps les femmes ont affirmé préférer travailler avec des hommes plutôt qu’avec des femmes. Aujourd’hui, les hommes considèrent que le travail avec les femmes est un plus, ce qui est un phénomène relativement nouveau. Mais ce qui est aussi nouveau – et sans doute plus tabou – c’est que les femmes, en accédant à des responsabilités de haut niveau, elles, ont plutôt tendance à privilégier des femmes. Un effet de balancier inévitable et dont l’ampleur reste encore très limité…

Franck Gintrand

Revue de presse

Les débats du moment