Revue de presse

AccueilRevue de presseÉconomieDépenses de santé et économies

Dépenses de santé et économies

Paru le 22 juillet 2013 | dans Économie
Rédigé par Franck Gintrand

Médicaments = trou de la sécu ?

Mise en cause : Un recours trop faible aux génériques, une marge trop élevée pour les pharmaciens ainsi qu’un manque d’informations indépendantes transmises aux médecins.

Le porte étendard de la critique :   la députée écologiste européenne Michèle Rivasi et le professeur Philippe Even, qui a récemment condamné en vrac l’utilisation de bon nombre de médicaments.

La critique : La consommation de médicaments coûte encore beaucoup trop chère à la France.

Le contre-argument : Pour le Leem, le syndicat français des fabricants de médicaments, les baisses de prix imposées sur les traitements et le recours accru aux génériques, les économies se sont élevées à 1,5 milliard d’euros en 2012. Une baisse confirmée par un étude de la Sécurité sociale qui affirmait l’an dernier que la France est passée en 2010 de la 4e à la 6e place dans le classement des pays OCDE en termes de dépenses de produits pharmaceutiques par habitant, derrière les États-Unis, le Canada, l’Irlande, la Grèce et l’Allemagne. A ces arguments, s’ajoute celui de l’emploi : « La production du Doliprane de Sanofi, en Rhône-Alpes et celle de l’Efferalgan chez BMS, ex-Upsa, à Agen, préserve des centaines d’emplois». Enfin pour les économistes, le problème du coût de la santé en France, ce n’est plus le médicament, mais plutôt l’hôpital. Alors que le médicament représente 18% des dépenses de santé (mais plus de 50% des économies nouvelles réalisées chaque année), les dépenses hospitalières, elles, pèsent pour plus de la moitié des coûts de l’Assurance-maladie.

Pour se faire sa propre opinion : Nouvelle polémique sur les médicaments - Le Figaro | 25/06/2013

 

Analyses

L'opinion dans tous ses états