Revue de presse

AccueilRevue de presseReligion et bien être animal

Religion et bien être animal

Paru le 22 juillet 2013 | dans Revue de presse
Rédigé par Franck Gintrand

Le débat : transparence = stigmatisation ?

Mise en cause : la proposition de la la sénatrice (UDI) de l’Ain, Sylvie Goy-Chaven, de mentionner systématiquement le type d’abattage sur l’étiquette des produits carnés – avec ou sans étourdissement.

Le porte étendard de la critique :  le webzine d’opinion israélien JSSNews.com.

La critique : Pour Joël Mergui, le président du Consistoire central israélite de France, réplique au contraire que »l’abattage rituel pratiqué depuis 2 000 ans ne fait pas souffrir l’animal ». L’auteur de l’article rappelle que  »Sylvie Goy-Chavent est aussi celle qui veut forcer la France à étiqueter les produits fabriqués par des juifs israéliens qui vivent en Judée et en Samarie. Mais non, elle n’est pas concentrée sur Israël. Et non, elle n’est pas antisémite. »

Les contre-arguments :  La plupart des animaux mis à mort selon le rituel casher et halal étant abattus alors qu’ils sont conscients,  »ce type d’abattage soulève des questions d’hygiène et de souffrance animale, c’est pourquoi il faut faire preuve de transparence vis-à-vis des consommateurs », estime Sylvie Goy-Chavent.  »Issue d’une famille qui a combattu le nazisme, au prix du sang, je suis profondément écœurée et blessée », se désole en réponse la sénatrice surFacebook.

Pour se faire sa propre opinion : Les députés renoncent à imposer l’étiquetage de l’origine des viandes - Le Monde.fr avec AFP | 

.

Analyses

L'opinion dans tous ses états