Revue de presse

AccueilRevue de pressePolitiqueSalariés et opprimés

Salariés et opprimés

Paru le 9 avril 2013 | dans Politique
Rédigé par Franck Gintrand

Le débat : patrons = exploiteurs ?

Mis en cause : des  »riches », forcément trop « riches ».

Le porte-étendard de la critique : Jean-Luc Mélenchon suivi par François Hollande et la mesure des « 75% ».

La critique : pour une partie de la gauche, la lutte des classes reste une réalité face à l’accroissement des inégalités. Mais les « classes » au sens marxiste du terme existent-elles encore ? Pour Thomas Piketty, la réponse ne fait aucun doute : « les privilèges de naissance et le patrimoine viennent concurrencer le capital humain, le mérite. C’est un type d’inégalité violent, que l’on croyait avoir dépassé. Je pense possible un retour des structures de classes plus proches du XIXe siècle que de celles des Trente Glorieuses. »

Les contre-arguments : Répondant à une question du Parisien, Fleur Pellerin, Ministre déléguée auprès d’Arnaud Montebourg, elle, ne croit pas dans la lutte des classes. En tout cas, pas dans le PME : « Tous les patrons de PME que je rencontre sont en osmose avec leurs salariés. Il n’y a rien de commun entre un chef d’entreprise de 10, 15, 20 salariés et un patron salarié du CAC40, qui après un an de mauvais services part avec des millions d’euros. »

Pour se faire sa propre opinion ou faire part de son avis sur la question : le forum de Newsring La lutte des classes existe-t-elle encore ?

Analyses

L'opinion dans tous ses états