Analyses

AccueilNotes critiquesQuand Ariane Chemin et Raphaëlle Bacqué oublient de parler de l’omerta des médias

Quand Ariane Chemin et Raphaëlle Bacqué oublient de parler de l’omerta des médias

Paru le 21 juillet 2012 | dans Notes critiques
Rédigé par Franck Gintrand

Au fait : qui savait ?

Après une biographie de Ségolène Royal, Ariane Chemin et Raphaëlle Bacqué rempilent pour un deuxième livre, cette fois-ci sur le couple français le plus connu au monde. Mais dans les faits, les deux journalistes parlent surtout de l’ascension et de la chute de monsieur en oubliant soigneusement d’aborder leur propre responsabilité.

Enfin un livre dont l’objectif n’est pas de dessouder un mythe – déjà passablement ébranlé -, et encore moins d’essayer de relativiser l’indéfendable – une cause perdue par avance. La biographie des Strauss-Kahn revendique la neutralité politique, et c’est son principal mérite. Pour le reste, Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin ne nous apprennent pas grand chose – malheureusement – ni ne nous éclairent vraiment sur la complaisance dont DSK a bénéficié durant toutes ses années – ce qui est tout de même embêtant. Comment le secret a-t-il pu être aussi bien gardé ? Que savait Anne Sinclair de la face cachée de son mari ? Et les personnalités qui ont aussitôt défendu DSK lors de son arrestation ?

La méchante agence de pub

Bien sûr, les deux journalistes soulignent la complicité de l’entourage professionnel (au risque d’en exagérer l’influence) et chargent l’agence de communication de Stéphane Fouks de tous les maux. Mais cette grille de lecture – qui néglige la différence pourtant essentielle entre infidélité, maladie et tendance à un comportement violent – ne donne aucune preuve tangible des pressions exercées pour empêcher la parution de telle ou telle révélation – a l’inconvénient de passer sous silence l’omerta générale des medias. Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin, qui sont pourtant bien placées pour en parler, évitent soigneusement le sujet. Un angle mort, à la fois logique et regrettable.

Franck Gintrand

> Sur le même sujet Petite histoire de la pipolisation politique : du tabou de la vie privée à l’ère des scandales

Revue de presse

Les débats du moment