Analyses

AccueilAnalysesCampagnes électoralesElectionsPrésidentiellesPrésidentielle 2012 : carnet de bord du 19 mai au 25 mai 2011 – Point d’étape

Présidentielle 2012 : carnet de bord du 19 mai au 25 mai 2011 – Point d’étape

Paru le 19 mai 2011 | dans Présidentielles
Rédigé par Franck Gintrand

Avec l’élimination de Dominique Strauss-Kahn, la campagne des élections présidentielles entre dans une nouvelle phase. Point d’étape.

Une nouvelle période s’ouvre, d’aujourd’hui jusqu’à octobre

Jusqu’en octobre prochain, la campagne sera largement dominée par le choix du candidat socialiste et du candidat écologiste. Les primaires d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) se dérouleront en juin par correspondance et sur internet moyennant une participation de 10 euros et la signature du « Manifeste pour une société écologique ». Les résultats du premier tour seront proclamés le 29 juin, ceux du second le 12 juillet. Côté PS, les primaires s’ouvriront le 28 juin. Le scrutin est prévu le 9 octobre 2011. Si aucun candidat ne se détache, un second tour est prévu une semaine plus tard, le 16 octobre. Ces primaires seront ouvertes à tous les électeurs moyennant une contribution de 1 euro et la signature d’une « charte d’adhésion aux valeurs de la gauche ».

Des sondages à prendre avec beaucoup de précaution

Aujourd’hui, les sondages semblent converger vers un premier tour très disputé entre les candidats UMP, PS et FN. Mais la prudence reste de mise. Le paysage politique ne sera vraiment complet qu’avec la désignation du candidat socialiste. C’est en octobre  – et seulement à ce moment là – que les Français seront en mesure d’apprécier l’intérêt d’une candidature centriste et/ou d’une candidature de gauche non-socialiste. Les sondages doivent également être interprétés avec beaucoup de précaution concernant la désignation du candidat écologiste et surtout du candidat socialiste. La chute de Dominique Strauss-Kahn rebat toutes les cartes. Bien qu’aucun chiffre n’ait été publié pour l’instant, la part des indécis socialistes doit être importante. Qui plus est, les primaires seront le fait des sympathisants les plus motivés. Ne pèseront que ceux qui sont prêts à payer et à assumer un engagement militant, y compris en votant publiquement dans le cas des primaires socialistes.

Deux grands thèmes de campagne possibles

Les intentions de vote prêtées à DSK et Marine Le Pen semblent accréditer l’idée d’un glissement général du paysage politique à droite. Cette tendance aurait plutôt tendance à se confirmer avec la désignation de François Hollande et à s’infirmer avec celle de Martine Aubry. Quoi qu’il en soit, deux hypothèses de campagnes semblent se dessiner. La première tourne autour du thème de la richesse, de sa production et de sa redistribution. Dans cette hypothèse, la question de la fiscalité devient centrale. Nicolas Sarkozy se voit accusé d’être le candidat bling bling des riches tandis qu’il est reproché au candidat PS de vouloir augmenter les impôts et la dépense publiques. Deuxième scénario possible : le thème de l’identité nationale devient dominant. Dans cette hypothèse, l’immigration constitue un point de clivage déterminant entre le candidat PS et le candidat UMP. Nicolas Sarkozy défend sa politique en faveur de la laïcité et sa volonté de réviser les accords de Schengen ainsi que son opposition au communautarisme. Le candidat PS met en avant les valeurs de solidarité et de diversité, en défendant notamment le principe du vote des immigrés. Un scénario qui présente un risque fort pour les deux candidats : celui de consolider la position de Marine Le Pen…

Et à partir de octobre ?

De deux choses l’une : soit Nicolas Sarkozy apparaît comme un candidat crédible et fort face au candidat PS nouvellement désigné, soit son faible niveau dans les sondages commence à soulever de sérieux doutes sur sa capacité à l’emporter.

Franck Gintrand

> Panorama évolutif des acteurs Ici

> Tous les épisodes Ici

Revue de presse

Les débats du moment