Analyses

AccueilAnalysesCampagnes électoralesElectionsPrésidentiellesPrésidentielle 2012 : carnet de bord du 12 mai au 18 mai 2011

Présidentielle 2012 : carnet de bord du 12 mai au 18 mai 2011

Paru le 10 mai 2011 | dans Présidentielles
Rédigé par Franck Gintrand

Qui sera le candidat du PS ? Faut-il s’attendre à des surprises du côté de l’UMP ? Et qui sera le troisième homme (ou la troisième femme) de la campagne ? Chaque semaine, retrouvez les moments forts de la campagne des présidentielles.

PS : Royal en bleu blanc rouge

Ségolène Royal poursuit sa stratégie de reconquête de l’électorat populaire. Après s’être prononcée en faveur d’une plus grande justice fiscale et contre « l’immigration illégale », elle s’est positionnée en faveur de la réhabilitation de la « nation », une volonté qui n’est pas sans rappeler celle qui fut la sienne lors de la primaire de 2006. Ce positionnement sur les classes populaires, très proches de celui de Nicolas Sarkozy, peut-il lui permettre de remonter son handicap ? Et la stratégie des proches de François Hollande, Dominique Stauss-Kahn et Martine Aubry qui consiste aujourd’hui à l’ignorer sera-t-elle tenable une fois les primaires ouvertes ?

UMP : la critique à double tranchant des « profiteurs »

François Fillon versus Nicolas Sarkozy. Après avoir fait entendre sa différence sur l’islam et le Front national, le premier ministre a rejeté catégoriquement la proposition de Laurent Wauquiez visant à imposer des travaux de « service social » aux bénéficiaires du RSA. Ce nouveau ballon d’essai, cette fois-ci sur le « cancer de l’assistanat social » et les « profiteurs du système » (après le débat sur la laïcité et l’annonce de la « prime »), peut-il mettre la gauche en difficulté et fédérer l’électorat de droite ? Ou au contraire créer des tensions ingérables au sein de la majorité et pousser des électeurs de l’UMP à se reporter sur l’extême-droite et sur les candidats centrentistes ?

Challenger : le danger Marine Le Pen se confirme

Marine Le Pen continue à séduire une part croissante de l’électorat de droite. La présidente du Front National, qui était créditée en février dernier par Viavoice de 21% d’opinions favorables, gagne 4 points à 25% (contre 71% défavorables). C’est d’abord auprès des sympathisants UMP qu’elle progresse (33% d’avis favorable, +4%), et même chez les électeurs de Bayrou qui (+4% soit 15% d’avis favorables). Elle gagne 12 points chez les ouvriers. 44% ont désormais une image positive de la fille de Jean-Marie Le Pen.

A suivre…

> Panorama évolutif des acteurs Ici

> Tous les épisodes Ici

Revue de presse

Les débats du moment