Analyses

AccueilAnalysesCampagnes électoralesElectionsPrésidentiellesPrésidentielle 2012 : carnet de bord du 5 mai au 11 mai 2011

Présidentielle 2012 : carnet de bord du 5 mai au 11 mai 2011

Paru le 5 mai 2011 | dans Présidentielles
Rédigé par Franck Gintrand

PS : la porche de DSK

Alors qu’il pourrait annoncer sa candidature  le jour de l’ouverture officielle des primaires, le 28 juin, le directeur du FMI vient-il de commettre une erreur majeure de communication (une erreur symbolique du même genre que la « bravitude » de Ségolène Royal ou la soirée au Fouquet’s de Sarkozy) ? La photo AFP (non signée) le montrant, lui et son épouse, Anne Sinclair, s’apprêtant à monter dans une Porsche noire, a fait le tour de la toile. A l’origine du buzz, un billet du blogueur de droite Emery, ‘DSK roule en Porsche ?‘, amplifié le lendemain (4 mai) par un billet du rédacteur en chef du Point et, dans la foulée, par une floppée de twitts (source Google Realtime Search). L’UMP, en la personne notamment de Brice Hortefeux, s’est aussitôt emparée de l’affaire pour dénoncer la gauche caviar. Mais de leur côté, les bloggeurs de gauche se sont également mobilisés. A titre d’exemple, on lira le billet de Hugues Serrraf « Dominique Strauss-Kahn en Posche ? Tant mieux! » Faut-il y voir le signe annonciateur d’une campagne où le niveau de vie des candidats constituerait un sujet à part entière ?

UMP : Carla Bruni enceinte…

Une naissance pourrait-elle contribuer à humaniser l’image du chef de l’Etat ? Dans une interview du Parisien la première dame a accepté de répondre « aux bruits qui courent » sur son éventuelle grossesse en indiquant que les Français en sauraient plus dans six mois. Il n’en a pas fallu plus pour que les médias se saisissent de la nouvelle et imaginent un stroytelling. Même Le Monde s’y est mis. Dans la chronique « Vie moderne », la journaliste Sandrine Blanchard ironise : « Nous saurons dans six mois ? On ne résiste pas à compter sur les doigts et on arrive à… octobre. En pleine primaire du Parti socialiste pour la présidentielle (…) Une première dame enceinte, ce serait une première sous la Ve République. Voilà un beau casse-tête de communication mais un sujet en or. » Certes le sujet est traité avec le recul qui sied à un journal sérieux. Mais comment ne pas y voir un avant goût de l’emballement médiatique que ce type d’évènement pourrait susciter ? NB : l’annonce d’une prime obligatoire pour les salariés n’a visiblement pas séduit l’opinion publique si on se réfère à l’atonie persistante des intentions de vote en faveur de N. Sarkozy (voir épisode 4)

Challengers : le centre ne fait pas recette 

L’absence de Dominique de Villepin et de Borloo au premier tour ne changerait rien ou pas grand chose pour N. Sarkozy. Aujourd’hui, les deux hommes sont crédités de 4% des intentions de vote chacun. Soit 8% que N. Sarkozy pourrait récupérer s’ils ne se présentaient pas ? En fait, pas vraiment. Dans ce cas là, Nicolas Sarkozy ne gagnerait que 2 points sur 8 selon un sondage réalisé par l’IFOP les 20 et 21 avril, les reports profitant notamment à DSK. Une bonne nouvelle néanmoins confirmée par un autre sondage CSA : la candidature de Dominique de Villepin et Jean-Louis Borloo n’empêcherait pas le président sortant d’accéder au second tour. Et à gauche une candidature de Jean-Pierre Chevènement pourrait-elle changer la donne ? Réponse dans les prochains sondages.

A suivre…

> Panorama évolutif des acteurs Ici

> Tous les épisodes Ici

Revue de presse

Les débats du moment