Analyses

AccueilAnalysesCampagnes électoralesElectionsPrésidentiellesPrésidentielle 2012 : carnet de bord du 28 avril au 4 mai 2011

Présidentielle 2012 : carnet de bord du 28 avril au 4 mai 2011

Paru le 27 avril 2011 | dans Présidentielles
Rédigé par Franck Gintrand

PS : François Hollande dans la ligne de mire

Signe que la montée de François Hollande dans les sondages commence à inquiéter, les critiques en direction de l’ancien secrétaire du PS se mutiplient. Après Jean-Christope Cambadelis qui rappelait le mois dernier l’absence d’expérience gouvernementale de François Hollande, Laurent Fabius et Manuel Valls ont tenté de relativiser l’ascension du candidat socialiste dans les sondages. Interrogé par les étudiants de Sciences Po Bordeaux sur cette progression, Laurent Fabius a estimé que c’était un leurre visant à ne pas parler en permanence des deux favoris : Martine Aubry et DSK. Il aurait même lancé : « Franchement, vous imaginez Hollande président de la République ? On rêve ! » De son côté, Manuel Valls (autre candidat aux primaires) a déclaré sur France 2 : « Je ne crois pas que François Hollande monte. C’est pas parce que c’est écrit (dans les sondages) que c’est vrai ». Après TSS (Tout Sauf Ségolène), TSH (Tout Sauf Hollande) ?

UMP : nouveaux coups de semonce pour N. Sarkozy

Et si l’UMP organisait aussi des primaires pour désigner son candidat ? L’idée, évoquée il y a déjà plusieurs semaines par le député de la Drôme, Hervé Mariton, a été relancée par l’eurodéputé Alain Lamassoure dans Le Monde du 21 avril (à lire Ici). Pour le conseiller général d’Aquitaine, « l’UMP aurait intérêt à s’inspirer de l’exemple que donne le parti concurrent ». Une idée aussitôt rejetée par les leaders de l’UMP. Pour Georges Tron, par exemple, les primaires sont « un mauvais système » et « un mode de sélection qui affaiblit toutes les formations politiques qui s’y prêtent ». De fait, les statuts de l’UMP ne prévoient pas de primaires. Si l’article 49 précise que lorsqu’un président sortant UMP est «à nouveau candidat et qu’il souhaite le soutien de l’UMP, il se soumet au vote du Congrès», rien ne prévoit que ce vote soit ouvert à d’autres candidats. Mais alors que les sondages restent toujours aussi mauvais pour le président (N. Sarkozy ne gagnerait actuellement que contre Marine Le Pen), un tabou ne vient-il pas de tomber ?

Challengers :  Hulot « chahuté »

La première sortie du tout nouveau candidat Hulot a fait parler d’elle. Mais sans doute pas comme l’espérait l’ex-animateur. En se rendant en Alsace à une manifestation pour la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, l’ex-animateur a du affronter des colibets sur sa récente conversion à l’arrêt du nucléaire (voir la vidéo Ici). « Laissez-moi du temps pour convaincre que ce n’est pas une posture », a-t-il plaidé, « je ne désespère pas dans les semaines à venir de me faire entendre » tout en rappelant  son attachement une primaire écologiste « ouverte » au-delà du cercle des « convertis » : « il faut que les écologistes laissent venir dans leur champs des gens qui ne partagent pas forcément tout avec eux ». Mais sera-t-il entendu par des militants qui semblent aujourd’hui hostiles à soutenir une canidature qui ne serait pas directement issue de leurs rangs ?

A suivre…

> Panorama évolutif des acteurs ici

> Tous les épisodes Ici

Revue de presse

Les débats du moment