Analyses

AccueilAnalysesCampagnes électoralesElectionsPrésidentiellesPrésidentielle 2012 : carnet de bord du 21 avril au 27 avril 2011

Présidentielle 2012 : carnet de bord du 21 avril au 27 avril 2011

Paru le 22 avril 2011 | dans Présidentielles
Rédigé par Franck Gintrand

PS : Ségolène Royal se lance sur la fiscalité

Cela ressemble beaucoup à un lancement officiel de campagne. Après François Hollande, Ségolène royal s’est positionnée à son tour sur la fiscalité. Lors d’un débat organisé par organisé par le think tank Terra nova et le Nouvel Observateur, la présidente de Poitou-Charentes a proposé des «états généraux de la révolution fiscale» en 2012 pour préparer la fusion de l’impôt sur le revenu et de la CSG, une des propositions phares du projet socialiste. Figurent également dans ses projets : le gel de 50 produits de consommation courante ou encore l’inscription dans la constitution de «l’égale contribution du capital et du travail». En revanche, elle ne souhaite pas voir les socialistes assimilés à une augmentation systématique des impôts et ne veut pas entendre parler d’une taxe carbone. Ces déclarations lui permettront-elles d’amorcer une remontée dans les sondages alors qu’elle est aujourd’hui nettement distancée par Dominique Strauss-Kahn, François Hollande et Martine Aubry ?

UMP : Sarkozy tente de revenir sur le pouvoir d’achat 

Est-ce le début de la campagne de Nicolas Sarkozy ? En tout cas, Nicolas Sarkozy revient sur les lieux de sa campagne de 2007. Plus de 4 ans après un hommage à la « France qui travaille et qui en a beaucoup bavé », Nicolas Sarkozy est revenu dans les Ardennes pour préciser les contours de la « prime » aux salariés qu’il veut imposer aux entreprises.  Tous les syndicats  – dont bien sûr le MDEDF - ont critiqué cette mesure. Au point que Xavier Bertrand a du préciser qu’elle n’était pas un « coup ». Reste une question : cette annonce peut-elle permettre à Nicolas Sarkozy de redécoller dans les sondages ? Il serait temps. Une étude BVA pour le Nouvel Observateur consacre François Fillon comme le candidat de droite préféré des sympathisants de droite et des Français. Nicolas Sarkozy n’est en tête des intentions de vote que chez les sympathisants UMP. Cette base est-elle en voie de régression ou constitue-t-elle un socle suffisamment solide pour voir venir des jours meilleurs ?

Challengers :  embouteillage au centre

Si Jean-Louis Borloo a réussi un coup médiatique en annonçant son départ de l’UMP et sa possible candidature pour 2012, où en sont Dominique de Villepin et François Bayrou ? Le premier a présenté son programme jeudi dernier dans une indifférence générale. Seule chose que les médias ont retenu : la dépêche assassine de son porte parole qui a décidé de jeter l’éponge. De son côté, François Bayrou rate régulièrement ses sorties :  sa « twinterview » a fait sourire et son attaque en règle du projet socialiste s’est vue aussitôt balayée par des sondages largement favorables aux propositions du PS. Selon les hypothèses testées pour les différents candidats socialistes, Dominique de Villepin est aujourd’hui crédité de 3 à 6 % des intentions de vote, François Bayrou de 4 et 7 % et Jean-Louis Borloo de 7 et 10 %. Léger avantage donc à Jean-Louis Borloo. Mais celui-ci est-il vraiment en mesure de se lancer officiellement dans la camapgne sans le soutien de Dominique de Villepin et le renoncement de François Bayrou ?

A suivre…

> Panorama évolutif des acteurs ici

> Tous les épisodes Ici

Revue de presse

Les débats du moment