Analyses

AccueilNotes critiquesLes 10 meilleurs livres et le meilleur film sur la communication, l'entreprise et la politique – La sélection 2011 du Fil rouge

Les 10 meilleurs livres et le meilleur film sur la communication, l'entreprise et la politique – La sélection 2011 du Fil rouge

Paru le 29 janvier 2011 | dans Notes critiques
Rédigé par Franck Gintrand

Les livres et le film de l’année 2010

Politique, vie d’entreprise, prise de décision, médias : voici 10 livres et un film sortis en 2010 pour mieux comprendre l’opinion et ceux qui font.

Dans le domaine politique, une bande-dessinée et un film montrent que l’on peut aborder la question du pouvoir autrement mais aussi sérieusement que sous la forme d’essais : la bande-desinée « Quai d’Orsay » de Blain et Lanzac, décrit la personnalité borderline et romantique d’un ministre des affaires étrangères obsédé par la postérité (ouvertement inspirée de Dominique de Villepin) tandis que le documentaire de Yves Jeuland décrit sans complaisance, ni noirceur excessive, la personnalité populiste et cultivée de Georges  Frèche.

Du côté du management et de la communication, des témoignages venus de l’intérieur de l’entreprise et de l’administration contredisent l’optimisme volontariste de la littérature d’inspiration anglo-saxonne des consultants en organisation. Cette année, il faut lire absolument le témoignage de Emmanuelle Friedmann, « Tu m’envoies un mail », et la recherche anthropologique de Michel Feynie sur « Les maux du management ».

La prise de décision passionne et suscite en 2010 trois essais brillants : « Force et fragilité » de Nassim Nicholas Taleb (un ancien trader) qui complète la réflexion entamée par son précédant ouvrage sur « Les cygnes noirs », « Faire le bon choix » de Jonah Lehrer qui remet (enfin) en cause l’opposition classique entre rationalité et émotion dans les processus de décision, « La décision de crise dans l’entreprise » , un essai passionnant de Franck Dangeard (ex PDG de Thomson et aujourd’hui banquier d’affaires) sur la gouvernance telle qu’elle se pratique, pour le meilleur comme pour le pire, au sommet de l’entreprise.

On notera enfin la réédition de deux grands classiques : « Principes élémentaires de propagande de guerre utilisables en cas de guerre, froide, chaude ou tiède » de Anne Morelli et le « Dictionnaire mondial des images » écrit sous la direction de Laurent Gervereau.

La sélection

L’homme politique et son image

Cristalisant les haines et les aspirations de l’opinion publique, l’image de l’homme politique en dit souvent autant sur la société que sur le pouvoir lui-même.

« Quai d’Orsay » de Blain et Lanzac – Extraits publiés par l’Express Ici

Résumé : « Le jeune Arthur Vlaminck est embauché en tant que chargé du « langage » par le ministre des Affaires étrangères Alexandre Taillard de Worms. En clair, il doit écrire les discours du ministre ! Mais encore faut-il se faire une place entre le directeur du cabinet et les conseillers qui gravitent dans un Quai d’Orsay où le stress, l’ambition et les coups fourrés ne sont pas rares… »

Notre avis : Inspiré par le personnage de Dominique de Villepin, Alexandre Taillard de Worms, véritable héros de cette bande dessinée, incarne un ministre des Affaires étrangères déconnecté de la réalité, obsédé par l’écriture de son destin et celui de la France. Quand la politique frise la folie… A lire : la critique des Inrocks

« Le président » de Yves Jeuland – Voir la bande annonce Ici

Résumé : « Dans le secret des conciliabules et les fins de banquet, face aux ténors des médias, dans son bureau, dans sa voiture, au saut du lit comme au bord de sa piscine, escorté de ses deux conseillers, Georges Frêche se révèle un animal politique et un grand acteur. »

Notre avis : Le meilleur documentaire politique depuis « Partie de campagne » de Raymond Depardon sur un type de personnalité politique en voie de disparition. A lire : la critique de Rue89

Entreprise

 Longtemps dominés par la pensée positive du management et de la communication, la réflexion sur la culture d’entreprise fait place aux « témoignages de l’intérieur » et à l’analyse critique de la langue de bois…

« Tu m’envoies un mail. Bienvenue dans le monde de l’entreprise » de Emmanuelle Friedmann

Résumé : « Emmanuelle Friedmann est heureuse ! Fini l’incertitude des lendemains, les piges… Elle a décroché son premier contrat en CDI dans une grande entreprise, elle va devenir ‘une personne classique, sérieuse et normale’. Mais après une intégration kafkaïenne, elle déchantera très vite… »

Notre avis : Beacuoup plus drole et plus fin que « Absolument débordé » de Zoé Shepard (lire l’analyse du Fil rouge sur ce livre), le témoignage de Emmanuelle Friedman met en évidence l’importance croissante de la dimension affective dans les relations de travail et soulève implicitement le rôle que jouent les femmes dans cette évolution. A lire : la critique de courriercadres.com

« Les maux du management. Chronique anthropologique d’une entreprise publique » de Michel Feynie

Résumé : « On n’abandonne pas si facilement le statut d’administration pour accéder à celui d’entreprise. C’est ce voyage difficile que Michel Feynie, docteur en anthropologie et psychologue du travail, décrit de l’intérieur, puisqu’il l’a vécu comme cadre à La Poste, à Bordeaux. Installé dans la place comme ‘anthropologue indigène’, il a bénéficié pendant quelque temps d’un statut privilégié, jusqu’à ce qu’un premier compte rendu officiel de ses travaux lui montre que ses remarques sans complaisance le désignaient comme un ‘traître’ à l’entreprise. »

Notre avis : Un livre indispensable sur la nécessité de briser la langue de bois pour rétablir la communication entre le sommet et la base au sein de l’entreprise. A lire : une critique sur franculture.com

Prise de décision

 Sur quels critères appuyer une décision ? Existe-t-il une méthode pour prendre une bonne décision ? Et qu’est-ce qu’une « bonne » décision ?

« La décision de crise dans l’entreprise – 12 histoires de gouvernance » de Franck Dangeard

Résumé : « Les conseils d’administration des grandes entreprises ont été la cible de très nombreuses critiques depuis le début de la crise de 2007, par les manquements importants dans leurs prises de décisions. Au travers d’études de cas célèbres, l’auteur analyse la gouvernance comme elle est pratiquée aujourd’hui, et propose des améliorations à ces règles appliquées par les décisionnaires. »

Notre avis : Et si la nature des relations entre direction générale et conseil d’administration avait une influence déterminante sur l’opportunité des décisions dans les contextes difficiles ? Une thèse intéressante développée par l’ancien PDG de Thomson et appuyée sur l’analyse détaillée d’exemples concrets.

« Force et fragilité » de Nassim Nicholas Taleb

Résumé : «  »Le Cygne Noir » soulevait un problème, le fait qu’une certaine catégorie d’événements historiques successifs demeure impossible à prévoir et à évaluer. Force et fragilité va plus loin, au coeur des questions philosophiques et empiriques, et se penche sur les mesures concrètes pour faire face aux Cygnes Noirs. »

Notre avis : Parfois obscur, parfois discutable, cet essai complémentaire ouvre des pistes de réflexion passionnantes sur l’incapacité notoire des experts à prévoir les crises. Lire : résumé et crique sur nonfiction.fr

« Faire le bon choix. Comment notre cerveau prend ses décisions » de Jonah Lehrer

Résumé : « Faut-il, pour prendre une décision, se fier à son instinct ou à son esprit rationnel ? Comment choisir au mieux une nouvelle voiture ? Comment bien parier au poker ? Comment juger si l’on peut faire confiance à un inconnu ? En réalité, explique Jonah Lehrer dans ce livre qui pourrait bien bouleverser tout ce que vous pensiez jusqu’ici de l’art de faire  » le  » bon choix, cela dépend de la situation. »

Notre avis : Jonah Lehrer réconcilie l’irrationnel et le rationnel en montrant comment l’un est utile à l’autre (et inversement).

Médias

 Quelle est l’influence des mass médias sur l’opinion ? Depuis l’apparition du cinéma, la question ne cesse de hanter les esprits…

« L’expérience extrême » de Christophe Nick et Michel Eltchaninoff

Résumé : « Imaginez un jeu télévisé où l’on vous demande d’administrer des décharges électriques à un candidat qui se débat, hurle et perd connaissance. Vous êtes encouragé par une belle animatrice et un public déchaîné. Tout cela vous paraît bizarre et sadique. Mais après tout, c’est la télévision. Un cauchemar de scénariste? Non, une expérience scientifique réalisée en France en 2009 durant laquelle plus de 80% des joueurs sont allés jusqu’à pousser la manette des 460 volts. »

Notre avis : Cette émission qui, n’est en fait qu’un simulacre destiné à expérimenter les limites de l’obéissance, est inspirée d’une expérience américaine. Les auteurs ont voulu y voir une preuve supplémentaires de l’extraordinaire pouvoir d’influence de la télévision. Aussi contestable soit-elle, cette thèse mérite d’être lue. A lire : « La télé rend sadique ? « Le jeu de la mort » fait polémique » – Chloé Leprince 

« L’art des séries télé ou comment surpasser les Américains » de Vincent Colonna

Résumé : « Cet essai se propose de formuler les « règles » appliquées outre-Atlantique pour concevoir une bonne série, de lier ces règles à quelques principes anciens, puis de trouver les concepts modernes qui les étayent et les rajeunissent. »

Notre avis : Ce qui passionne les foules ? Et comment les passionner ? Tout est là. Visionner : l’interview vidéo de Vincent Colonna sur telerama.fr

 Classiques (réédition)

« Dictionnaire mondial des images » – Sous la direction de Laurent Gervereau

Résumé : « Ecrit par les meilleurs spécialistes, issus de tous les continents et devenu une référence dès sa première édition, « Le Dictionnaire mondial des images » fait exploser les catégories et les barrières nationales. »

Notre avis : Le dictionnaire se perd parfois entre l’image, l’image de l’image et la métaphore de l’image mais la diversité des approches a aussi l’avantage de mettre en avant l’extrême richesse du concept.

« Principes élémentaires de propagande de guerre utilisables en cas de guerre, froide, chaude ou tiède » de Anne Morelli

Résumé : « Arthur Ponsonby, hostile à l’entrée en guerre de la Grande-Bretagne en 1914 et représentant pour le parti travailliste à la Chambre des communes puis à la Chambre des lords, a décrit quelques mécanismes essentiels de la propagande de guerre, qu’il est possible de résumer en dix « commandements ». »

Notre avis : Le premier essai de stratégie à l’heure de la démocratie médiatique. Un grand classique enfin réédité. A lire : l’article de wikipedia

Revue de presse

Les débats du moment