Analyses

AccueilAnalysesCampagnes d'opinionElectionsMunicipalesLes sites internet de l'UMP et du PS au banc d’essai

Les sites internet de l'UMP et du PS au banc d’essai

Paru le 28 octobre 2009 | dans Municipales
Rédigé par Franck Gintrand

Quand la modernité épouse le bon vieux discours militant.

Ni sérieux, ni professionnel. Quelques heures seulement après son lancement, le nouveau site de Ségolène Royal ne ressemblait plus qu’à un petit tas de cendre. Personne n’avait de mots assez durs pour dénoncer l’amateurisme de l’ancienne candidate aux présidentielles. Mais qu’en est-il des sites de l’UMP et du PS ? Côté look, rien à dire. L’ergonomie générale des deux sites n’est ni transcendante, ni repoussante. Ni trop commerciale, ni trop institutionnelle. Côté fond, en revanche, le site de l’UMP et celui du PS ne font pas dans la nuance. Les présidentielles, les législatives et les européennes sont passées. Les régionales n’ont pas encore commencé. Mais sur la toile, les partis sont en campagne permanente. 

Car la priorité est avant tout de con-vain-cre, de simplifier le monde et de départager le bien du mal. A titre d’exemple, le site du PS fournit des « Argumentaires » – ce qui ne laisse aucun doute sur les destinataires – tandis que celui de l’UMP propose un dossier spécial – particulièrement indigeste – intitulé « réponses à la crise ». L’ »objectif » et la « cible » ont au moins le mérite d’être claires : ces sites s’adressent d’abord aux militants et, via la rubrique « communiqués de presse », aux journalistes. En revanche, les internautes qui cherchent de l’information sur l’action de la majorité ou sur les positions du PS seront inévitablement déçus. A quand des sites politiques conçus  pour le grand public ? Visiblement pas pour tout de suite.

Le site de l’UMP / Le site du PS

Revue de presse

Les débats de la semaine