Analyses

AccueilAnalysesOpinion droite-gaucheFocusLa notion de réussite professionnelle chez les jeunes

La notion de réussite professionnelle chez les jeunes

Paru le 4 juin 2007 | dans Focus
Rédigé par Franck Gintrand

La valeur travail à la baisse

Les trentenaires sont plus sensibles aux entreprises où il fait bon travailler qu’à celles qui affichent leur compétitivité. 

Sur la base de statistiques et d’entretiens, « Génération désenchantée » de B. Bawin-Legros dessine les contours d’une nouvelle génération pour qui le travail n’est ni une valeur centrale, ni une valeur honnie mais une possibilité d’épanouissement qui se conjugue essentiellement au présent.

Décalage entre la formation et la fonction, précarisation de l’emploi, durcissement de la vie en entreprise… Dans un monde professionnel beaucoup plus incertain, les trentenaires d’aujourd’hui ne considèrent plus le travail comme un investissement sûr, ni la patience ou la persévérance comme des moyens avérés d’avoir un travail plus intéressant demain. Reléguée au deuxième, voire troisième rang après la vie de couple et l’amitié, la valeur du travail se concentre sur la question de l’épanouissement personnel – c’est-à-dire sur l’intérêt intrinsèque de la fonction et la qualité de l’environnement professionnel – plus que sur la rémunération ou les perspectives de carrière. Une raison qui pousse aujourd’hui des journaux économiques comme « Management » à établir le palmarès des « entreprises où il fait bon travailler ».

Revue de presse

Les débats du moment